Communication personelle

Lueurs d’espoir et pronostics plus sombres

Pronostics pour 2019: variables!

DOI: https://doi.org/10.4414/phc-f.2019.01859
Date de publication: 02.01.2019
Prim Hosp Care Med Int Gen. 2019;0(01):3-5

Stefan Neuner-Jehle

Rédacteur en chef; directeur Chronic Care, Institut de médecine de famille Zurich; médecin de famille à Zoug

Et voilà, le passage pas toujours si facile d’une année à l’autre est maintenant derrière nous. Nous avons trinqué à ce nouveau départ, joyeusement ou pensivement. Les résolutions habituelles sur ce que nous souhaitons améliorer ou enfin prendre à bras-le-corps ont été fixées, tout en sachant que dans quelques mois, elles fondront comme la neige de printemps sur les versants d’une montagne.

En médecine de famille, on est en droit d’espérer que l’année 2019 s’accompagne elle aussi d’évolutions positives. Les bases ont été jetées il y plusieurs années: La perception par les politiques de la grande valeur que revêt une médecine de famille forte pour les soins de santé, le développement des places de formation pour les études de médecine et les assistanats de cabinet/Curricula, le renforcement de l’intérêt des étudiants en médecine pour la discipline, l’académisation de la discipline avec un nombre et une activité croissants des instituts universitaires de médecine de famille. Nous sommes de plus en plus perçus en tant que spécialistes de la prise en charge au long cours et acteurs centraux de la prise en charge interprofessionnelle. L’année 2018 a été moins bonne en ce qui concerne les négociations tarifaires qui, malgré tous les efforts déployés, se sont soldées par un échec avec la fixation des tarifs par le Conseil fédéral. Pour le dire familièrement, il nous reste pour 2019 l’espoir que cette barque soit remise à flots et ne parte pas totalement à la dérive.

Malgré toutes les lueurs d’espoir, l’année 2019 s’accompagne aussi de pronostics plus sombres. Un plus grand nombre de patients et de communes rencontreront des problèmes pour trouver un médecin de famille. La pénurie de médecins de famille pronostiquée est devenue réalité. Les efforts pour lutter contre ce phénomène ne se remarqueront que dans plusieurs années. Ainsi, 2019 sera une année au cours de laquelle nous devrons investir pour de meilleurs soins futurs. Je voulais en réalité m’abstenir de paroles d’encouragement, mais je ne le peux pas complètement: Vous aussi, engagez-vous pour la prochaine génération de médecins de famille là où vous le pouvez, par exemple en tant que formateur pour les étudiants ou les assistants de cabinet – un rôle exemplaire en tant que médecin de famille engagé vaut de l’or pour la relève.

Primary and Hospital Care s’entend comme la voix des médecins de famille suisses. En 2019 aussi, la maison d’édition comme la rédaction s’engagent pleinement pour que la lecture de chaque numéro vous apporte une valeur ajoutée: en politique professionnelle, sur le plan professionnel ou de la réflexion, selon son exposition actuelle. Désormais, la revue paraîtra une fois par mois et non plus toutes les deux semaines. Les avantages ainsi obtenus sont des numéros plus volumineux qui proposent plus de contenus intéressants, indépendants et instructifs, un fonctionnement rédactionnel moins précipité – que ce soit pour la rédaction, la maison d’édition ou les auteurs – et enfin, des économies. Il vaut donc encore plus la peine qu’auparavant de se saisir d’un exemplaire de Primary and Hospital Care ou de le consulter en ligne. En cas d’événements de politique professionnelle fracassants, des numéros spéciaux intitulés «Primary and Hospital Care EXTRA» pourront être intercalés rapidement.

Au format papier ou bien en ligne – avec Primary and Hospital Care, restez à l’écoute des changements qui vous attendent en 2019.

Crédits

Image d'en-tête: ID 13999358 © Cathy Keifer | Dreamstime.com

Adresse de correspondance

Dr. med. Stefan Neuner-Jehle
MPH, Institut für ­Hausarztmedizin
Pestalozzistrasse 24
CH-8091 Zürich
sneuner[at]bluewin.ch

Verpassen Sie keinen Artikel!

close