Éditorial

Des membres de mfe au Parlement!

Lobbyiste, nom (m./f.)

DOI: https://doi.org/10.4414/phc-f.2019.10146
Date de publication: 02.10.2019
Prim Hosp Care Med Int Gen. 2019;19(10):

Philippe Luchsinger

Président mfe

Au début de l’été, lors de sa traditionnelle rencontre avec les parlementaires, la Société de médecine du canton de Zug m’a invité à tenir une conférence sur les mesures de réduction des dépenses et leurs conséquences sur la médecine de base. Au cours de mon intervention, j’en suis venu à évoquer qu’une partie des dépenses de santé échapperait toujours à ces efforts d’économie, en premier lieu celles de l’industrie pharmaceutique, avec ses nouveaux médicaments au coût exorbitant contre des maladies moins rares qu’on le dit. À cela, j’ai donné comme raison le pouvoir et l’influence des lobbyistes de l’industrie pharmaceutique. En sa qualité de président de la Commission de la santé, le conseiller aux États Eder s’est inscrit en faux contre cet argument, et a dit quelque chose de notable: «Ce ne sont pas les gens qui portent des badges et qui papillonnent dans la salle des pas perdus qui font le véritable lobbying. Ce sont les parlementaires eux-mêmes, avec les intérêts propres qu’ils représentent. Les paysans sont à ce titre un exemple éloquent.»

Pourquoi cela doit-il nous faire dresser l’oreille? Parce qu’il est temps pour les médecins et les pédiatres de s’engager directement dans le processus parlementaire, de s’y mêler directement. Y prendre part dès le début signifie aussi déterminer les orientations lorsqu’il s’agit de légiférer. Mais pour cela, nous avons besoin de parlementaires qui nous représentent. C’est pourquoi nous présentons dans ce numéro de Primary and Hospital Care quelques membres de mfe qui se sont portés candidats aux élections. Nous voulons leur donner de la visibilité et montrer que tous sont prêts à prendre la voie d’un engagement qui s’accompagnera d’importants changements dans leurs vies. Cela seul mérite déjà notre respect.

Si nous parvenons à envoyer des membres mfe au Parlement, et si ces derniers intègrent ensuite la Commission de la santé, cela représentera politiquement un avantage décisif. Et cela augmentera nettement le niveau de compréhension vis-à-vis de notre système de santé et l’expertise en matière de politique sanitaire au sein de ladite Commission...

Il y a quelques années, encore novice en politique, j’ai été invité à la «Clé de Berne». Y est célébré le lobbying dans une atmosphère feutrée, avec mets exquis et vins à l’avenant. Ignazio Cassis, ancien conseiller national et aujourd’hui conseiller fédéral, m’a alors donné, en guise d’introduction au travail politique, un exemple pratique: quand on discute d’un problème avec un politicien, la question qui s’ensuit est toujours la même : «Qu’est-ce que tu attends de moi? Qu’est-ce que tu veux que je transmette? Quelles sont tes revendications?» Aux hommes et aux femmes politiques, il faut soumettre des exigences concrètes, formulées le plus clairement possible, pas trop longues, concises, directes. Contrairement à d’autres associations et organisations, les Jeunes médecins de premier recours Suisses (JHaS) l’ont très bien compris. Leur document de synthèse sur la formation prégraduée et postgraduée, que nous publions dans le présent numéro, est clairement structuré, chaque paragraphe contenant une revendication claire, concise, justifiée en peu de mots. C’est comme ça qu’on s’y prend!

Notre conception du lobbying trouve son illustration dans les différents maillons de la chaîne suivante: nous nous investissons pour que ceux d’entre nos membres qui se portent candidats aux élections soient élus au Parlement; ces médecins et pédiatres portent les revendications claires que nous leur transmettons et, forts de notre soutien, peuvent fournir pour mfe et les JHaS un travail politique efficace, grâce auquel notre système de santé peut faire un pas en avant.

Soyons de bons électeurs et d’excellents lobbyistes!

Responsabilité
rédactionnelle:
Sandra Hügli, mfe

Crédits

Image d'en-tête: © Nuvisage | Dreamstime.com

Adresse de correspondance

Sandra Hügli-Jost
Responsable communication, mfe – Médecins de famille et de l’enfance ­Suisse
Secrétariat général
Effingerstrasse 2
CH-3011 Berne
Sandra.huegli[at]medecinsdefamille.ch

Verpassen Sie keinen Artikel!

close