Thématique

Entre modèles de rôles traditionnels et stéréotypes de genre

Femmes et carrière en médecine

DOI: https://doi.org/10.4414/phc-f.2022.20181
Date de publication: 06.07.2022
Prim Hosp Care Med Int Gen. 2022;22(7):215-216

Moor Jeanne

Inselspital Universitätsspital Bern, Bern

Malgré une proportion croissante de femmes en médecine, elles sont peu nombreuses à occuper des postes de cadres supérieurs. La littérature cite souvent des raisons telles que des possibilités de garde d'enfants insuffisantes, le manque de possibilités de travail à temps partiel, d'horaires de travail flexibles, de modèles de rôles ou de mentorat, ainsi que des préjugés inconscients dus à des schémas de pensée stéréotypés ou encore la discrimination. Cet article se concentre sur certaines différences biologiques et socioculturelles entre les sexes, ainsi que sur leur impact professionnel sur la carrière d'une femme en médecine.

Selon des données américaines, le fossé du manque de femmes occupant des postes de cadres n'a pas été comblé au cours des 35 dernières années malgré l'augmentation de la proportion de femmes en médecine [1]. En Suisse, selon les statistiques de la FMH, la proportion de femmes occupant des postes de cadres a légèrement augmenté en 2021 par rapport à 2010, toutes spécialités confondues: les femmes représentaient 59,5% des médecins-assistants en 2021 (2010: 54,3%), 49,8% des chefs de clinique (2010: 40,1%), 29,5% des médecins adjoints (2010: 20,3%) et seulement 15,3% des médecins-chefs (2010: 9,9%) [2, 3].

Les femmes sont-elles moins ambitieuses que les hommes?

Une étude menée auprès de 200000 employés de tous les secteurs professionnels dans 189 pays a montré que les ambitions en début de carrière sont comparables entre les sexes [4]. Plus tard dans la carrière, les ambitions des femmes diminuent, mais seulement s'il existe en même temps un environnement de travail qui freine les femmes dans leur progression de carrière [4]. Un scénario comparable a été observé chez les étudiants en médecine en Allemagne: alors que les femmes et les hommes ont déclaré des ambitions de carrière similaires en première année, les étudiantes des semestres supérieurs et les femmes médecins ont déclaré des ambitions de carrière moins élevées que les hommes [5].

Dans les paragraphes suivants, nous allons aborder quelques explications possibles de la baisse des ambitions des femmes au fil du temps, ainsi que des solutions possibles.

L’«heure de pointe» de la vie: une course contre la montre entre les ambitions professionnelles et l'horloge biologique

Vers l'âge de 30 ans, des objectifs professionnels et privés centraux entrent souvent en conflit. Outre l’obtention d'un ou de plusieurs titres de spécialiste, la possibilité d'ouvrir un cabinet médical ou de mener des activités de recherche et d'enseignement, la question de fonder une famille se pose également pour beaucoup de personnes. En Suisse, 91% des personnes âgées de 20 à 29 ans qui n'ont pas (encore) d'enfants souhaitent en avoir et l'âge moyen des femmes qui attendent leur premier enfant est de 31 ans [6].

Par rapport aux hommes médecins, les femmes médecins se heurtent nettement plus à ces conflits entre vie professionnelle et vie familiale [7]. Deux tiers des femmes médecins interrogées dans le cadre d'une étude américaine ont également déclaré avoir été pénalisées dans leur environnement professionnel en raison de leur sexe ou de leur maternité [8]. Dans une enquête menée en 2020 par l'Association suisse des médecins-assistant(e)s et chef(fe)s de clinique (ASMAC) auprès de 2944 participant(e)s, les femmes médecins ont mentionné le sexe comme motif de discrimination le plus fréquent, surtout en raison de la grossesse et de la parentalité [9]. La discrimination était liée à des préjudices en matière d'emploi, d'horaires de travail et de promotion [9].

Du point de vue de l'employeur, les femmes enceintes et les mères qui allaitent peuvent entraîner des charges et des coûts plus élevés à court terme, notamment parce que la loi ne permet pas de dépasser une durée maximale de travail de neuf heures par jour [10]. De plus, de nombreuses mères souhaitent réduire leur taux d'activité [6]. D'une part, cela peut conduire directement à des désavantages professionnels pour les femmes enceintes ou les mères [9]. D'autre part, même les femmes qui n'ont pas d'enfants peuvent faire des expériences négatives sur leur lieu de travail en raison de leur future maternité potentielle, comme l'a montré une étude menée auprès de femmes diplômées universitaires en Suisse [11]. Les femmes sans enfants ont plus souvent fait état d'un traitement négatif sur le lieu de travail que les hommes sans enfants, et cela était associé à une probabilité plus élevée de quitter le travail un an plus tard [11].

Le modèle de rôle traditionnel en Suisse

En Suisse, où la répartition des rôles est plutôt traditionnelle, lorsqu'une femme devient mère, elle a tendance à être la principale responsable de la gestion des enfants. Selon l'Office fédéral de la statistique, 59% des femmes actives travaillaient à temps partiel en 2020, contre seulement 14% des hommes [12]. Les femmes étaient également seules responsables d'une grande partie de la gestion des enfants: amener les enfants à la crèche était la tâche exclusive de la mère dans 47% des cas, contre 9% pour le père, et aider les enfants à faire leurs devoirs était la tâche exclusive de la mère dans 55% des cas, contre 9% pour le père [12].

Compte tenu de la charge de travail déjà élevée dans la profession médicale (56 heures de travail par semaine en moyenne pour un taux d'occupation de 100%), il est toutefois difficile de concilier des tâches supplémentaires, telles que la gestion des enfants ou les travaux ménagers, avec des ambitions professionnelles plus élevées [9, 13]. La pandémie de COVID-19 l'a également montré: la sous-représentation des femmes auteurs dans les études sur le COVID-19 est un indice de la répartition inégale des tâches privées supplémentaires entre les sexes [14–16]. En outre, dans certaines disciplines scientifiques, les années suivant la naissance d'un enfant sont globalement associées à une diminution du taux de publications annuel pour les femmes [17].

Les modèles de rôles traditionnels sont profondément ancrés dans notre culture. Ces modèles de rôles pourraient d'une part être influencés par des changements structurels ou sociaux, mais d'autre part aussi déjà au niveau individuel (par ex. dans la relation de couple).

Stéréotypes de genre

Les enfants sont exposés dès leur plus jeune âge aux stéréotypes habituels sur les rôles des hommes et des femmes: ils attribuent par exemple les tâches familiales plutôt à une femme, mais le métier de pilote plutôt à un homme [18]. En médecine, les hommes se voient plutôt attribuer des compétences professionnelles ou des activités de recherche, tandis que les femmes se voient plutôt assigner des attributs tels que la sollicitude ou l'enseignement [19–21]. Rapprocher les femmes des stéréotypes masculins, par exemple en les entraînant à la rhétorique ou aux compétences de négociation, est toutefois contre-productif [20]. Les mesures structurelles visant à promouvoir un climat de travail neutre en termes de genre et exempt de stéréotypes, de sorte que, par exemple, des attributs féminins tels que la «timidité» ne soient pas considérés comme négatifs en soi lors d'un entretien d'embauche ou qu'une diversité soit recherchée au niveau de la direction, s’avèrent plus efficaces [20]. Une telle culture et attitude positives vis-à-vis de la diversité des genres dans une entreprise ont pour effet que toutes les femmes – y compris les mères – restent aussi ambitieuses que les hommes à long terme [4].

Les femmes et les hommes sont différents, mais des chances égales doivent être créées

Les différences biologiques et socioculturelles entre les sexes mentionnées ci-dessus peuvent entraîner des inégalités de chances professionnelles entre les femmes et les hommes. Cependant, de nombreuses initiatives tentent d'améliorer l'égalité des chances entre les sexes par le biais de modifications officielles des règles. Le Fonds national suisse et d'autres institutions de promotion de la recherche scientifique autorisent une prolongation du délai pour la participation à des programmes de soutien si le candidat ou la candidate peut fournir une justification adéquate, comme par exemple un congé de maternité ou de paternité ou une réduction du taux d'occupation pour des raisons de garde d'enfants [22, 23]. Les prestations scientifiques d'une personne sont mesurées sur la base de ce que l'on appelle l’«âge académique» et non sur la base de l'âge biologique ou du nombre d'années après l'examen d'Etat [24].

Toutefois, de telles normes ne s'appliquent pas dans tous les domaines. Les décisions de promotion ou de renouvellement des contrats de travail peuvent être teintées de subjectivité, par exemple lorsque les qualifications sont difficiles à comparer [25, 26]. De telles décisions peuvent impliquer des cadres qui, en raison de stéréotypes (inconscients), privilégient plutôt l'homme toujours disponible, avec un taux d’occupation élevé, sans/avec peu d'absences liées à la garde d'enfants, et le considèrent comme le candidat le moins risqué pour une promotion ou un renouvellement de contrat [9, 27–29]. Des décisions de ce type peuvent contribuer à maintenir inchangée la répartition des sexes aux niveaux supérieurs de la hiérarchie.

Trouver de bons mentors et de bons supérieurs est essentiel

Les modèles de rôles et les mentors peuvent être essentiels pour la carrière d'un homme ou d'une femme. Les dirigeants actuels sont majoritairement des hommes [30]. Cependant, les femmes médecins marchent rarement à 100% dans les traces des médecins-chefs actuels. Elles ont souvent besoin de nouvelles voies, pour lesquelles il n'existe pas encore beaucoup de modèles de rôles. Pour cela, il est indispensable de trouver des supérieurs et des mentors qui accompagnent les femmes qui n'ont pas un parcours linéaire typique dans une carrière professionnelle ambitieuse. Le supérieur hiérarchique ou le mentor lui-même peut également, grâce à une meilleure compréhension des obstacles rencontrés par une femme médecin, être plus ouvert à l'élaboration de nouvelles voies et contribuer ainsi à une plus grande égalité des chances et à une plus grande diversité dans l'entreprise [31–33]. Des programmes de mentorat sont de plus en plus souvent proposés, notamment lors des congrès de la SSMIG ou dans les hôpitaux universitaires [34–37].

Dans l'ensemble, il existe déjà des efforts (comme par ex. le calcul de «l'âge académique» ou les programmes de mentorat) visant à remédier à certains obstacles professionnels possibles pour les femmes afin d'améliorer l'égalité des chances. La féminisation de la médecine s'accompagne d'un certain besoin d'adaptations, mais ces dernières offrent également de nombreuses opportunités de conserver à long terme des collaborateurs très motivés, quel que soit leur sexe.

Adresse de correspondance

Dr. med. Jeanne Moor

Inselspital Universitätsspital Bern

Universitätsklinik für Allgemeine Innere Medizin

Freiburgstrasse 16p

CH-3010 Bern

Jeanne.moor[at]insel.ch

Références

1. Richter KP, Clark L, Wick JA, Cruvinel E, Durham D, Shaw P Women Physicians and Promotion in Academic Medicine. N Engl J Med. 2020 Nov;383(22):2148–57. http://dx.doi.org/10.1056/NEJMsa1916935 PubMed 1533-4406

2. Hostettler S, Kraft E. Statistique médicale 2021 de la FMH: Un médecin sur quatre âgé de 60 ans ou plus. Bull Med Suisses [Internet]. 2022 13):414-419 [cited 2022 May 27]; Available from: https://bullmed.ch/article/doi/saez.2022.20609

3. Kraft E. 30 273 médecins au service de la Suisse. Bull Med Suisses. 2011;92:12.

4. Abouzahr K, Krentz M, Claire T, Tsusaka M. Dispelling the Myths of the Gender “Ambition Gap” [Internet]. Boston Consulting Group, Canada. 2017 [cited 2021 Feb 22]. Available from: https://www.bcg.com/en-ca/publications/2017/people-organization-leadership-change-dispelling-the-myths-of-the-gender-ambition-gap

5. Voltmer E, Kieschke U, Schwappach DL, Wirsching M, Spahn C. Psychosocial health risk factors and resources of medical students and physicians: a cross-sectional study. BMC Med Educ. 2008 Oct;8(1):46. http://dx.doi.org/10.1186/1472-6920-8-46 PubMed 1472-6920

6. Office fédéral de la statistique. Les familles en Suisse - Rapport statistique 2021 | Publication [Internet]. Office fédéral de la statistique. 2021 [cited 2022 Jun 2]. Available from: https://www.bfs.admin.ch/asset/de/17084546

7. Treister-Goltzman Y, Peleg R. Female Physicians and the Work-Family Conflict. Isr Med Assoc J. 2016 May;18(5):261–6. PubMed 1565-1088

8. Adesoye T, Mangurian C, Choo EK, Girgis C, Sabry-Elnaggar H, Linos E, Physician Moms Group Study Group. Perceived Discrimination Experienced by Physician Mothers and Desired Workplace Changes: A Cross-sectional Survey. JAMA Intern Med. 2017 Jul;177(7):1033–6. http://dx.doi.org/10.1001/jamainternmed.2017.1394 PubMed 2168-6114

9. AU_Auswertung_Management-Summary_DE_20200511_V01.00.pdf [Internet]. [cited 2022 May 18]. Available from: https://vsao.ch/wp-content/uploads/2020/05/AU_Auswertung_Management-Summary_DE_20200511_V01.00.pdf

10. SR 822.111 - Ordonnance 1 du 10 Mai 2000 relative à la loi sur le travail (OLT 1) [Internet]. [cited 2022 May 18]. Available from: https://www.fedlex.admin.ch/eli/cc/2000/243/fr#art_60

11. Gloor JL, Li X, Lim S, Feierabend A. An inconvenient truth? Interpersonal and career consequences of “maybe baby” expectations. J Vocat Behav. 2018;104:44–58. http://dx.doi.org/10.1016/j.jvb.2017.10.001 0001-8791

12. Office fédéral de la statistique. Activité professionnelle, tâches domestiques et familiales [Internet]. [cited 2022 May 15]. Available from: https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/population/familles/activite-professionnelle-taches-domestiques-familiales.html

13. Office fédéral de la statistique. Répartition des tâches domestiques dans les ménages de couple - 2013, 2018 | Tableau [Internet]. Office fédéral de la statistique. 2019 [cited 2022 May 23]. Available from: https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/catalogues-banques-donnees.assetdetail.10247034.html

14. Andersen JP, Nielsen MW, Simone NL, Lewiss RE, Jagsi R. COVID-19 medical papers have fewer women first authors than expected. eLife. 2020 Jun;9:e58807. http://dx.doi.org/10.7554/eLife.58807 PubMed 2050-084X

15. DeFilippis EM, Sinnenberg L, Mahmud N, Wood MJ, Hayes SN, Michos ED Gender Differences in Publication Authorship During COVID-19: A Bibliometric Analysis of High-Impact Cardiology Journals. J Am Heart Assoc. 2021 Feb;10(5):e019005. http://dx.doi.org/10.1161/JAHA.120.019005 PubMed 2047-9980

16. Gayet-Ageron A, Ben Messaoud K, Richards M, Schroter S. Female authorship of covid-19 research in manuscripts submitted to 11 biomedical journals: cross sectional study. BMJ. 2021 Oct;375(2288):n2288. http://dx.doi.org/10.1136/bmj.n2288 PubMed 1756-1833

17. Morgan AC, Way SF, Hoefer MJD, Larremore DB, Galesic M, Clauset A. The unequal impact of parenthood in academia. Sci Adv. 2021 Feb;7(9):eabd1996.

18. Ginevra MC, Nota L. Occupational gender stereotypes and problem-solving in Italian adolescents. Br J Guid Counc. 2016;45(3):312–27. http://dx.doi.org/10.1080/03069885.2015.1063584 0306-9885

19. Trix F, Psenka C, TRIX F. PSENKA C. Exploring the Color of Glass: Letters of Recommendation for Female and Male Medical Faculty. Discourse Soc. 2003 Mar;14(2):191–220. http://dx.doi.org/10.1177/0957926503014002277 0957-9265

20. Kang SK, Kaplan S. Working toward gender diversity and inclusion in medicine: myths and solutions. Lancet. 2019 Feb;393(10171):579–86. http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(18)33138-6 PubMed 1474-547X

21. Ashton-James CE, Tybur JM, Grießer V, Costa D. Stereotypes about surgeon warmth and competence: the role of surgeon gender. PLoS One. 2019 Feb;14(2):e0211890–0211890. http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0211890 PubMed 1932-6203

22. Règlement d’exécution général relatif au règlement des subsides [Internet]. Fonds national suisse (FNS). [cited 2022 Jun 6]. Available from: https://www.snf.ch/fr/Zi65otScMDqzyALN/page/encouragement/documents-telechargements/reglement-execution-reglement-des-subsides

23. YTCR FAQ [Internet]. YTCR FAQ. [cited 2022 Jun 6]. Available from: https://www.samw.ch/en/Funding/Young-Talents-Clinical-Research/FAQ-YTCR.html

24. Career funding: the researcher’s overall performance counts [Internet]. Swiss National Science Foundation (SNSF). [cited 2022 Jun 6]. Available from: https://www.snf.ch/en/cciM9NWuvhOVKRxv/news/undefined/en/cciM9NWuvhOVKRxv/news/

25. Sox HC, Schuster MA. Criteria for academic promotion in medicine [Internet]. BMJ. 2020 Jun;369:m2253. Available from: https://www.bmj.com/content/369/bmj.m2253  http://dx.doi.org/10.1136/bmj.m2253 PubMed 1756-1833

26. Report GI. 2021 FR [Internet]. [cited 2022 May 23]. Available from: https://advance-hsg-report.ch/fr

27. Moss-Racusin CA, Dovidio JF, Brescoll VL, Graham MJ, Handelsman J. Science faculty’s subtle gender biases favor male students. Proc Natl Acad Sci USA. 2012 Oct;109(41):16474–9. http://dx.doi.org/10.1073/pnas.1211286109 PubMed 1091-6490

28. Steinpreis RE, Anders KA, Ritzke D. The Impact of Gender on the Review of the Curricula Vitae of Job Applicants and Tenure Candidates: A National Empirical Study. Sex Roles. 1999 Oct;41(7):509–28. http://dx.doi.org/10.1023/A:1018839203698 0360-0025

29. Nocco SE, Larson AR. Promotion of Women Physicians in Academic Medicine. J Womens Health (Larchmt). 2021 Jun;30(6):864–71. http://dx.doi.org/10.1089/jwh.2019.7992 PubMed 1931-843X

30. Hostettler S, Kraft E. Statistique médicale 2021 de la FMH: Un médecin sur quatre âgé de 60 ans ou plus. Bull Med Suisses [Internet]. 2022 13):414-419 [cited 2022 May 27]; Available from: https://bullmed.ch/article/doi/saez.2022.20609

31. Bass BM, Avolio BJ. Transformational Leadership And Organizational Culture. Int J Public Adm. 1994 Jan;17(3–4):541–54. http://dx.doi.org/10.1080/01900699408524907 0190-0692

32. Taggar S, Ellis RJ. The role of leaders in shaping formal team norms. Leadersh Q. 2007;18(2):105–20. http://dx.doi.org/10.1016/j.leaqua.2007.01.002 1048-9843

33. Chesak SS, Yngve KC, Taylor JM, Voth ER, Bhagra A. Challenges and Solutions for Physician Mothers: A Critical Review of the Literature. Mayo Clin Proc. 2021 Jun;96(6):1578–91. http://dx.doi.org/10.1016/j.mayocp.2020.10.008 PubMed 1942-5546

34. Mentoring Programm [Internet]. Universitätsspital Zürich. [cited 2022 May 28]. Available from: https://www.usz.ch/fachbereich/innere-medizin/ueber-uns/mentoring-programm/

35. Gleichstellung [Internet]. Medizinische Fakultät. 2018 [cited 2022 May 28]. Available from: https://www.medizin.unibe.ch/ueber_uns/gleichstellung/index_ger.html

36. Mentoring | Medizinische Fakultät [Internet]. [cited 2022 May 28]. Available from: https://medizin.unibas.ch/de/karriere/mentoring/

37. SSMIG. Programme cadre, Congrès d'automne [Internet]. [cited 2022 May 28]. Available from: https://congress.sgaim.ch/fr/congres-dautomne/programme-cadre.html

Verpassen Sie keinen Artikel!

close