Communications officielles

De l’assistanat au cabinet au cursus

Formation postgraduée en médecine de famille dans le canton de Lucerne

DOI: https://doi.org/10.4414/phc-f.2017.01514
Date de publication: 08.03.2017
Prim Hosp Care (fr). 2017;17(05):87-88

Christian Studer, Christoph Merlo

Institut für Hausarztmedizin & Community Care Luzern

L’Institut für Hausarztmedizin & Community Care Luzern (www.iham-cc.ch) a été fondé en février 2014 afin de promouvoir la médecine de famille et sa relève à l’échelle régionale. Il a d’emblée profité d’une collaboration qualitative et inspirante et d’un soutien des instituts de médecine de famille existants et de la Fondation FMF, de sorte que la roue n’a pas dû être réinventée dans tous les domaines.

En juillet 2015, nous avons repris la coordination du programme d’assistanat au cabinet médical du canton de Lucerne, existant déjà depuis 2011. Nous avons ainsi pu prendre connaissance de tous les dossiers des assistants, rencontrer personnellement la majorité d’entre eux et les conseiller dans leur parcours pour devenir médecin de famille. Afin de coacher les jeunes dans leur éventuelle création ou reprise de cabinet, nous avons aussi instauré un mentorat spécifique à la région.

Le bilan des 70 assistanats en cabinet financés par le canton depuis 2011 est positif. Sur les désormais 38 spécialistes (29 en médecine interne générale et 9 en médecine de l’enfance et de l’adolescence), 24 exercent dans le canton comme médecins de famille et 4 comme médecins de l’enfance (fig. 1), correspondant à un taux de réussite de 74%.

fullscreen
Figure 1: Domaine d’activité des anciens assistants en 
cabinet après la formation de médecin spécialiste 2011–2016 (total = 38).

Toutefois, au cours des 5 dernières années, les près de 60 médecins formateurs n’ont eu affaire qu’à env. 12–13 assistants par an. Pour les assistants, il était donc aisé de trouver un cabinet formateur adapté. La situation était différente pour la formation postgraduée en clinique. Les collègues en formation postgraduée nous ont rapporté qu’outre l’assistanat au cabinet, il y avait un besoin pressant d’acquérir plus de connaissances pratiques au sein de cliniques.

En concertation avec les autres instituts de médecine de famille et après évaluation des cursus existants dans d’autres cantons, nous avons donc créé le «Luzerner ­Curriculum Hausarztmedizin» en complément de l’assistanat au cabinet. Nous nous sommes adressés aux médecins-chefs de l’hôpital cantonal de Lucerne, de la Psychiatrie lucernoise et de la clinique Hirslanden St. Anna, où nous avons reçu un accueil chaleureux. Ainsi est née une offre attractive sous forme de postes de rotation de 6 mois avec un catalogue d’objectifs d’apprentissage, propre à la médecine de famille, dans les disciplines suivantes:

– Dermatologie, rhumatologie-orthopédie, ORL, anesthésie et urgences interdisciplinaires à l’hôpital cantonal de Lucerne,

– Pédiatrie à l’hôpital pédiatrique de Lucerne et dans un cabinet de pédiatrie,

– Orthopédie dans le service d’orthopédie de la clinique Hirslanden

– Psychiatrie stationnaire et ambulatoire, y compris Memory Clinic, à la Psychiatrie lucernoise.

A partir de la mi-2017 s’ajoutera un poste en médecine de la douleur au Centre suisse des paraplégiques à Nottwil. Un cursus de radiologie/échographie est prévu à long terme. En collaboration avec le laboratoire Bioanalytica AG de Lucerne, des après-midis au laboratoire seront également proposées.

Le financement des assistanats au cabinet et cursus est assuré pour moitié par le canton et pour moitié par les cliniques/médecins formateurs. L’obligation pour les assistants en cursus de s’établir dans un cabinet de médecine de famille lucernois dans les 5 ans suivant la formation de médecin spécialiste (sous peine de devoir rembourser en cas de non-respect) n’a eu aucune influence sur la demande. Nous avons été pris d’assaut par les demandes de postes de cursus. Après env. 50 entretiens de recrutement réalisés, nous remarquons une réelle atmosphère de renouveau au sein du canton. De nombreux jeunes engagés et très qualifiés se ruent vers la médecine de famille et ainsi vers les cabinets médicaux. Il nous appartient désormais de consolider ce succès et de réaliser une évaluation approfondie afin de satisfaire aux exigences futures de nos jeunes collègues.

Pour tous les assistants de cabinet et de cursus, nous organisons deux fois par an des après-midis de formation continue dans nos locaux. Sont toujours invités comme intervenants des médecins-chefs et responsables de postes de cursus. Le rassemblement des jeunes médecins leur permet aussi à tous de mieux se connaître.

Grâce à un accord avec les cantons d’Uri et d’Obwald (bientôt aussi Nidwald), les médecins-assistants de ces cantons peuvent aussi participer au cursus lucernois.

A l’automne dernier, les coordinateurs des cursus/assistanats au cabinet se sont réunis chez nous à Lucerne. Une fois de plus, notre jeune institut a profité de la vaste expérience en matière de formation des responsables d’autres cantons. Echange, transmission de savoir-faire et motivation mutuelle ont enrichi la réunion. L’évaluation des postes d’assistants a été reconnue dans le cadre de la formation postgraduée en médecine interne générale avec orientation médecine de famille. En outre, il a été considéré qu’un comportement politiquement uni était essentiel, et il a été décidé d’adresser les revendications communes, telles que le financement d’un nombre minimum de postes d’assistant par les cantons, à la CDS. Dans presque tous les cantons, il est évident que des efforts particuliers sont nécessaires pour que la volonté populaire pour la médecine de famille se reflète également dans le budget cantonal. Nous connaissons tous très bien les arguments en ce sens (tab. 1).

Tableau 1: Dix raisons en faveur d’un cursus de médecine de famille:
 1L’objectif de la médecine de famille est promu grâce à une formation postgraduée attractive et orientée vers la pratique déjà à l’hôpital. L’attractivité de la médecine de famille est la meilleure promotion de la relève.
 2Sont attractives pour les postes de cursus les cliniques spécialisées qui, jusqu’alors, offraient peu de places pour 
les futurs médecins de famille mais sont très pertinentes pour la pratique en raison de leur spécialité.
 3En dermatologie, ORL, orthopédie-rhumatologie, psychiatrie, anesthésie, médecine d’urgence et pédiatrie, les chefs 
de clinique ont élaboré des objectifs d’apprentissage spécifiques et adaptés à la médecine de famille, en collaboration 
avec l’institut, et ont créé des postes en conséquence.
 4Les objectifs d’apprentissage sont ambitieux mais réalistes. Il est ainsi possible de réaliser sa formation postgraduée 
en peu de temps et d’intégrer un cabinet tôt et bien formé.
 5Les cliniques sont confrontées à des assistants qui sont des personnes engagées et polyvalentes et leur apportent un ­soutien précieux de par leurs vastes connaissances. Les médecins-chefs le confirment dans leurs premiers feedbacks.
 6L’institut organise régulièrement des réunions pour les assistants en cabinet et de cursus. Outre la formation continue commune, elles servent à créer des liens entre les futurs médecins de famille.
 7La collaboration ultérieure entre les cliniques et les futurs médecins de famille est favorisée.
 8Les postes de cursus sont uniquement possibles si les assistants sont adressés par l’institut et cofinancés par le canton.
 9Les assistants de cursus s’engagent à s’établir par la suite en tant que médecin de famille dans le canton de Lucerne.
10Les feedbacks des futurs médecins de famille et la planification de déjà plus de 40 postes de 6 mois attestent du succès!

Lors de la réunion de SAFMED (Swiss Academy of Family Medicine) en début 2017, l’objectif de continuer à promouvoir les postes d’assistants au cabinet et de cursus à l’échelle nationale a aussi été formulé. Il se pourrait qu’à l’avenir, les réunions des coordinateurs cantonaux soient organisées et coordonnées par la SAFMED afin de concentrer les forces.

Avec le projet d’un Joint Master Humanmedizin de l’université de Lucerne et de Zurich s’ouvre une perspective nouvelle et prometteuse. Dès l’automne 2017, les premiers étudiants de bachelor du «Luzerner Track» entameront leurs études de médecine à Zurich. En 2020, les 40 premiers étudiants de master devraient venir à Lucerne. L’IHAM & CC sera responsable de l’élaboration d’un cursus attractif de formation en médecine de famille, une fois encore dans le cadre d’un échange stimulant avec les autres instituts de médecine de famille et en coopération avec les hôpitaux partenaires de l’université de Lucerne.

Offrir une formation initiale/postgraduée en médecine de famille orientée vers la pratique et le futur est un beau défi que nous avons relevé avec plaisir et que nous poursuivrons à l’avenir.

Responsabilité
rédactionnelle:
Sandra Hügli, mfe

Adresse de correspondance

Dr med. Christian Studer
Institut für Hausarzt­medizin & Community Care Luzern
Schwanenplatz 7
6004 Luzern
christian.studer[at]
iham-cc.ch

Verpassen Sie keinen Artikel!

close