Apprendre

Le médicament est à l’interniste ce que le scalpel est au chirurgien, un instrument thérapeutique indispensable mais qui nécessite d’être manié avec précision.

Cet article fait partie d’une série ayant pour but de présenter de façon concise les informations importantes à connaître pour une prescription appropriée des médicaments couramment utilisés dans la pratique quotidienne. Cette information est directement tirée du livre Brevimed publié aux Editions Médecine et Hygiène. Ce livre au format de poche répertorie de façon concise plus de 1400 substances couramment utilisées en médecine. Rédigé par le Prof. Dr. Med Jacques Donzé avec la collaboration pour cette 2ème édition du Prof. Nicolas Schaad, le Brevimed a l’avantage de fournir en 1–2 pages toutes les informations utiles à sa prescription, en indépendance avec l’industrie pharmaceutique. Chaque parution est accompagnée d’un bref commentaire libre par un ­invité.

Le scalpel de l’interniste

Ezétimibe

DOI: https://doi.org/10.4414/phc-f.2018.01801
Date de publication: 12.09.2018
Prim Hosp Care Med Int Gen. 2018;18(17):307-308

Jacques Donzéa, Nicolas Schaadb, Nicolas Rodondic

a Membre de la rédaction; Universitätsklinik für Allgemeine Innere Medizin, Inselspital Bern, Harvard Medical School, Boston, MA; b Pharmacie interhospitalière de la Côte, Morges, Faculté de médecine, Université de Genève; c Medizinische Poliklinik, Universitätsklinik für Allgemeine Innere Medizin, Inselspital Bern; Berner Institut für Hausarztmedizin (BIHAM), Bern

Commentaire invité

Prof. Nicolas Rodondi, Medizinische Poliklinik, Universitätsklinik für Allgemeine Innere Medizin, Inselspital Bern; Berner Institut für Hausarztmedizin (BIHAM), Bern.

Le rôle principal de l’ézétimibe est la combinaison avec une statine afin d’obtenir une baisse supplémentaire du taux de LDL-cholestérol. En terme de bénéfice sur le pronostic cardiovasculaire des patients, un bénéfice additionnel n’a pu être démontré pour le moment qu’en prévention secondaire, après un syndrome coronarien aigu. Il n’y a donc actuellement pas de bénéfice de donner l’ézétimibe seul ni en combinaison en prévention primaire. Une exception possible est l’hypercholestérolémie familiale sévère où il est souvent difficile d’obtenir des bons taux de LDL avec une statine seule, bien que le bénéfice formel de l’ézétimibe n’ait pas été démontré dans cette indication.

Un avantage est que ce médicament est le plus souvent bien toléré, sauf parfois des symptômes digestifs en début de traitement.

Les stratégies de prévention cardiovasculaire restent les mêmes. En prévention secondaire, il faut introduire en premier une statine. Aucune statine n’a montré un plus grand bénéfice sur le pronostic cardiovasculaire qu’une autre statine, mais il faut prendre en compte les interactions et le taux de départ de LDL-cholestérol qui nécessite parfois d’utiliser les statines les plus puissantes sur le taux de LDL-cholestérol. En cas de non-atteinte des cibles, un traitement d’ézétimibe peut être ajouté.

En prévention primaire, en cas de risque cardiovasculaire élevé ou parfois en cas de risque intermédiaire, les statines restent en première ligne. Pour les patients à faible risque, il n’y a pas de bénéfice démontré ni des statines ni de l’ézétimibe.

Crédits

Image d'en-tête: © Marko Volkmar | Dreamstime;

Adresse de correspondance

Prof. Dr. med. Jacques Donzé
Universitätsklinik für ­Allgemeine Innere Medizin
Inselspital
CH-3010 Berne
Jacques.donze[at]insel.ch

Verpassen Sie keinen Artikel!

close