Éditorial

Jubilé des 10 ans de mfe

Comment tout a commencé ...

DOI: https://doi.org/10.4414/phc-f.2019.10069
Date de publication: 08.05.2019
Prim Hosp Care Med Int Gen. 2019;19(05):132

Marc Müller

Past-président et membre honoraire mfe

«Kairós: le bon moment»; c’est ainsi que j’avais, à l’époque, intitulé mon premier éditorial dans le «numéro zéro» du PrimaryCare sorti le 01.09.2000 [1]. Ce moment peut être considéré comme le vrai début de l’émancipation des médecins de famille et de l’enfance.

Bien sûr, avant cela, il y avait eu la création du titre de spécialiste en médecine générale ainsi que la fondation du CMPR en tant que première plateforme commune pour la «promotion de la médecine de famille». Ce dernier se compose des trois sociétés de médecine de premier recours que sont la SSMG, la SSMI et la SSP ainsi que des facultés de médecine et de l’ASSM. Toutefois, c’est seulement avec notre propre journal que nous avons réellement été portés à l’attention du public et que notre parole est devenue haute et forte.

Pour cette évolution, nous devons être ­reconnaissants envers différents hommes et femmes politiques qui nous ont encore et toujours mis au défi en nous donnant des impulsions, positives ou négatives. Nous pouvons par ex. citer la conseillère fédérale Ruth Dreifuss avec sa déclaration sur le «pivot central» du système de santé ou, pour le côté négatif, le conseiller fédéral Pascal Couchepin avec la réduction des tarifs de laboratoire.

Nous ne nous sommes pas non plus laissés arrêter par les publications sur les épuisements professionnels fréquents des médecins de famille [2] qui paraissent, alors que depuis 2004, nos indications régulières quant à la pénurie de médecins de famille qui s’esquisse n’ont d’abord pas été entendues ou ont même été rejetées comme étant des élucubrations. Nous avons vite compris qu’il n’y a qu’ensemble que nous sommes forts.

Il était donc évident qu’en 2006, toutes les sociétés de médecine de premier recours soutiennent l’appel de la SSMG à la manifestation des médecins de famille à Berne. Malheureusement, plus de 200’000 signatures n’ont pas suffi à réveiller la Berne fédérale. Pour notre confiance en nous, le défilé de plus de 12’000 médecins de famille et de l’enfance avec leurs familles et leurs ­assistant-e-s était exactement le stimulus dont nous avions besoin!

Les réseaux existants des sociétés de discipline médicale mais aussi du CMPR se sont ensuite avérés être trop lents pour transmettre nos messages politiques et nos souhaits de manière efficace. En 2007, lors d’une retraite du CMPR, nous avons discuté de la création d’une organisation faîtière pour les soins de base et la médecine de famille en Suisse. A cet égard, nous avons constaté assez rapidement que nous devions séparer les domaines de la politique et du contenu spécialisé pour avoir une chance de succès. Même si les questions politiques et économiques des médecins généralistes, des médecins internistes et des pédiatres sont dans l’ensemble ­couvertes de la même façon, les intérêts des médecins hospitaliers et les contenus spécialisés ne peuvent pas être mis dans le même sac.

Finalement, ce fut une idée de Christoph Cina et du comité de la SSMG qui nous a permis de surmonter «l’ère glaciaire de la fusion» entre la SSMI et la SSMG [3, 4]. Nous avons trouvé un terrain d’entente pour établir un groupe de travail qui a préparé la fondation de notre ­association professionnelle. Ce groupe dirigé par notre modérateur externe Kurt Aeberhart a, avec la participation des deux représentants de chacune des sociétés de discipline médicale du CMPR et des Jeunes médecins de premier recours Suisse, également en phase de création, et ce, presque déjà dans le cadre d’une culture de collaboration interprofessionnelle, éliminé les préjugés, supprimé les obstacles, défini des compétences clés, fixé les responsabilités et pour finir, il a même ­développé des contrats de collaboration. Par la même occasion, la fondation de cette association professionnelle a permis d’éliminer les futurs obstacles pouvant résulter d’une fusion entre la SSMI et la SSMG pour ­former la SSMIG. Le 17.09.2009, nous avons finalement célébré la fondation de l’association dans le cadre du congrès Wonca à Bâle.

Même si j’ai d’abord pensé que la SSMG aurait pu attendre la création de notre association professionnelle pour lancer l’initiative pour la médecine de famille; cette simultanéité s’est avérée être un moteur fort, incarnant une «obligation de réussir» pour notre jeune association. Nous n’avions pas de temps pour les difficultés de mise en route. Après une création réussie, nous avons directement laissé «l’enfant» se jeter dans les eaux froides et tumultueuses de la politique. Nous étions donc forcés de nager tout de suite. Les résultats de la votation, avec 88% de votants en faveur (pour la première fois, plus d’un million de oui lors d’une initiative!) du contre-projet à notre initiative, a donné à notre association professionnelle une place solide sur la scène de la politique de santé suisse. Une place que nous n’avons toujours pas ni n’allons jamais abandonner.

Il y a longtemps, j’ai écrit un éditorial pour PrimaryCare sur le thème «How many years must an idea exist …» [5] (inspiré de Bob Dylan). Un autre était intitulé «Regarde devant toi, médecin de famille, et non pas en arrière!» [6] (inspiré par Friedrich Schiller). Pour le jubilé des dix ans, nous nous sommes autorisés cette petite rétrospective. Mais, «qui se repose, rouille», alors: il nous reste du pain sur la planche, allons-y!

Responsabilité ­rédactionnelle: Sandra Hügli, mfe

Adresse de correspondance

Sandra Hügli-Jost
Responsable ­communication
mfe – Médecins de famille et de l’enfance Suisse
Secrétariat général
Effingerstrasse 2
CH-3011 Berne
sandra.huegli[at]medecinsdefamille.ch

Références

1 Müller-Friedli M. Kairós: der richtige Augenblick / Kairós: le moment favourable. PrimaryCare. 2000;0(00):3–4.

2 Bovier PA, Perneger TV. Predictors of work satisfaction among physicians. Eur J Public Health. 2003;13(4):299–305.

3 Watzlawick P. Anleitung zum Unglücklichsein. Piper Verlag; 1983.

4 «Behalte Deinen Hammer» – PrimaryCare. 2007;7: Nr.22.

5 Müller M. How many years must an idea exist … PrimaryCare. 2006;6(28):502–3.

6 Müller M. Schau vorwärts, Hausarzt, und nicht hinter Dich! PrimaryCare. 2011;11(01):1.

Verpassen Sie keinen Artikel!

close