Éditorial

4e congrès de printemps de la SSMIG sur le thème de «l’innovation en médecine»

Chercher l’inspiration, remettre en question, poursuivre la réflexion

DOI: https://doi.org/10.4414/phc-f.2019.10092
Date de publication: 05.06.2019
Prim Hosp Care Med Int Gen. 2019;19(06):163

Esther Bächli, Thomas Fehr

Présidence du comité scientifique du congrès de printemps 2019

Le secteur de la santé est soumis à une mutation permanente et à de nombreux changements. Dans la recherche médicale, on ne cesse de développer de nouvelles idées et de tester des moyens d’adapter les traitements, d’augmenter l’efficacité des médicaments, et de rationaliser les processus et procédures. Une part de ces nouvelles connaissances et découvertes est ensuite retravaillée et optimisée, et peut enfin, sous l’appellation d’«innovation», trouver son application dans le quotidien médical.

«Nous devons tous le progrès aux insatisfaits.» Ainsi que l’a établi le philosophe français Jean-Paul Sartre. De tout temps, le progrès médical s’est fondé sur la motivation de notre profession à améliorer voire révolutionner les pratiques existantes. À l’heure de la ­digitalisation, le rythme s’accélère, et le concept d’«inno­vation disruptive», qui décrit un processus de re­­nouvellement provoquant une restructuration, voire un démantèlement complet d’un modèle existant, est de plus en plus employé.

Les innovations, qu’elles prennent la forme de savoirs, de produits, de techniques ou de processus, façonnent ainsi notre quotidien de médecins, et exigent beaucoup de nous. Ce sujet ne nous laisse pas de marbre. Il ne cesse de susciter la controverse et de poser des questions fondamentales. Quels sont les usages concrets de ces innovations? Combien coûtent-elles, et qui en fixe le prix? Combien la société est-elle prête à payer pour ces innovations, et comment répartir des ressources limitées?

Le congrès de printemps de la SSMIG sera l’occasion d’aborder différents aspects de la thématique l’innovation en médecine, dans un espace qui se veut ouvert à l’échange et au débat.

Le comité du congrès a à cœur d’offrir à la nouvelle génération de médecins une plate-forme optimale pour présenter ses idées et le résultat de ses recherches. Environ 200 contributions scientifiques ont été déposées, qui devront toutes être présentées et soumises à la discussion. En effet, pour que d’une idée puisse naître une innovation, la confrontation critique, basée sur l’expérience et l’observation d’autres collègues, est aussi importante que l’engagement personnel et les sujets d’intérêt propres à chaque chercheur. Avec ses plus de 2000 participants, notre congrès offre justement une plate-forme unique pour recevoir des retours qualifiés. Dans le cadre des sessions «Elevator Pitch» présentant les meilleurs abstracts, le public aussi pourra prendre part à l’évaluation et à la discussion.

Seront également présentées à Bâle des innovations qui font beaucoup parler d’elles, comme par exemple la digitalisation ou l’automesure numérique en médecine, la médecine personnalisée, l’immunothérapie en oncologie, ou les nouvelles méthodes pour le traitement du diabète et en dermatologie. Ceci dit, les communications ne présenteront pas seulement les toutes dernières connaissances, mais aussi leurs répercussions pratiques.

Les innovations peuvent susciter des débats controversés. Ce sera l’objet de ce que nous avons appelé les Pro/Con-Sessions, lors desquelles un sujet sera mis en lumière par plusieurs intervenants, sous différentes perspectives. Parmi les nombreux thèmes abordés, on trouvera par exemple les problèmes éthiques soulevés par l’assistance au suicide et l’application des directives de l’ASSM intitulées Attitude face à la fin de vie et à la mort, l’évaluation systématique des procédures et des technologies dans le cadre des Health Technology Assessments (HTA), ainsi que la question de savoir si l’implantation d’une valve aortique (TAVI) doit être pratiquée chez les personnes âgées.

C’est avec joie que nous vous accueillons toutes et tous à ce congrès de printemps de la SSMIG. Avec nos collègues du comité scientifique, nous mettons tout en œuvre pour vous faire ressentir un vent de renouveau et élargir vos horizons.

Responsabilité
rédactionnelle:
Bruno Schmucki, SSMIG

Adresse de correspondance

Bruno Schmucki
Kommunikation
SGAIM Schweizerische Gesellschaft für Allgemeine Innere Medizin
Monbijoustrasse 43
Postfach
CH-3001 Bern
bruno.schmucki[at]sgaim.ch

Verpassen Sie keinen Artikel!

close