Éditorial

D’autres thèmes importent aussi

La permanente

DOI: https://doi.org/10.4414/phc-f.2020.10270
Date de publication: 29.07.2020
Prim Hosp Care Med Int Gen. 2020;20(0708):219

Philippe Luchsinger

Président de mfe, Médecins de famille et de l’enfance Suisse

Vous rappelez-vous ce que sont les bigoudis? Vous ­souvenez-vous des coiffures de vos mères et grands-mères (et de certains messieurs dans les années 80)? A l’époque, la permanente était un must-have en matière de beauté.

A force d’entendre parler de première vague et de ­deuxième vague, on a l’impression qu’il n’existe plus aucun autre thème dans le domaine de la politique de santé: loin de là! Après une sidération initiale et après avoir retenu notre souffle durant la première vague, les autres thèmes ont à nouveau émergé, d’abord de manière hésitante puis de plus en plus déterminée. Le calme du confinement a d’une certaine façon été bénéfique à certaines de ces affaires, de la place s’est libérée et la distanciation a également atténué, du moins en partie, la vivacité des discussions. Cela est-il dû aux masques que l’on doit désormais porter chez le coiffeur?

Depuis que les médecins existent (et ils existaient déjà avant les caisses-maladie), la permanente représente la rémunération adéquate de leurs prestations. Le temps des rémunérations en nature est tout juste révolu et c’est au prix d’efforts considérables, notamment de la part du corps médical, qu’un «nouveau» tarif a vu le jour. La question de savoir s’il existe bel et bien un calcul économique dans le jeu à somme nulle de la neutralité des coûts est plutôt philosophique. Après le confinement, nous avons surmonté une autre petite vague, d’une part car SWICA est favorable au nouveau tarif, d’autre part car la FMH et curafutura ont trouvé un moyen d’introduire et d’adapter le nouveau tarif. Les lecteurs de journaux ont été quelque peu effrayés en lisant que le volume de points tarifaires serait tout simplement réduit: comme toujours, cela est beaucoup plus complexe lorsqu’il est question de tarif! Les spécialistes tarifaires de mfe sont en première ligne et informeront en continu nos membres.

La nouvelle législation sur la qualité constitue également un sujet récurrent. En collaboration avec la SSP et la SSMIG, nous avons initié des projets pilotes au sein du GTQ, le groupe de travail Qualité FMH/assureurs. L’objectif est de déterminer nous-mêmes en quoi doit consister le contenu d’un tel accord exigé par la loi. De nombreux membres ont été quelque peu surpris par le courrier les priant d’indiquer le travail qu’ils accomplissaient déjà en faveur de la qualité. Deux points sont essentiels: d’une part, il s’agit d’un projet pilote; d’autre part (et c’est immuable), nous sommes légalement tenus de fournir de tels efforts en faveur de la qualité. Lors de la procédure de consultation relative à l’ordonnance concernée, mfe a clairement adopté la position selon laquelle un tel accroissement des exigences a un prix. Et que les organisations qui se consacrent depuis des années déjà aux questions relatives à la qualité doivent impérativement être impliquées.

Le modèle de délégation en psychothérapie psychologique est à bout de souffle; il existe un large consensus en faveur d’un passage à un modèle de prescription. Il convient ici aussi de mentionner expressément le travail minutieux mis en œuvre par l’OFSP afin de présenter des solutions viables. Il importe à mfe qu’à la fois les médecins de famille et les médecins de l’enfance obtiennent l’autorisation de prescrire des psychothérapies. Le fait que les assureurs aient également soutenu ce point lors de l’audience à l’OFSP est extrêmement réjouissant et montre que garantir la prise en charge est manifestement pour eux aussi plus important que la simple question des coûts. Et ce contrairement à nos parlementaires qui veulent faire des économies dans tous les domaines: la réduction des coûts attendra son tour, cette vague ne nous fera pas dériver.

En Suisse, le nombre de piscines commandées, installées et construites n’a jamais été aussi élevé qu’en 2020. Seulement voilà: garder la tête sous l’eau avec une ­permanente vient ruiner la coiffure. Je souhaite à tous un été ensoleillé et insouciant.

Responsabilité ­rédactionnelle:
Sandra Hügli-Jost, mfe

Crédits

Image d'en-tête: © Voyagerix | Dreamstime.com

Adresse de correspondance

Sandra Hügli-Jost
Responsable ­communication
mfe – Médecins de famille et de l’enfance Suisse
Secrétariat général
Effingerstrasse 2
CH-3011 Berne
sandra.huegli[at]medecinsdefamille.ch

Verpassen Sie keinen Artikel!

close