access_time Publié 01.01.1970

Une courtoisie bienveillante

Bernhard Gurtner

Anamnestique

Une courtoisie bienveillante

01.01.1970

Un climat de confiance

Les médecins qui n’attendent pas que les patients viennent à eux dans leur cabinet, mais qui les cherchent personnellement dans la salle d’attente et les saluent d’une poignée de main, instaurent un climat de confiance nécessaire pour l’anamnèse ­ultérieure. Cette pratique donne aussi l’occasion au médecin longtemps assis de bouger un peu et d’aérer brièvement le cabinet et elle permet au personnel de souffler à l’oreille du chef des informations urgentes «au passage». 

Si les patients entrent dans le cabinet alors que le médecin retranché derrière son bureau saisit encore des notes ou termine une conversation téléphonique, ils se sentent mal à l’aise et ont l’impression de ne pas être à leur place pour l’instant. Ils peuvent aussi être amenés à entendre des informations qui ne leur sont pas destinées, les faisant douter de la confiance qu’ils peuvent accorder au médecin, dont le ton amical passe pour du jargon professionnel à leurs yeux.

 

Crédit photo: © Rene Jansa | Dreamstime.com

Bernhard Gurtner

Articles apparentés

Publié 01.01.1970

Une courtoisie bienveillante

Verpassen Sie keinen Artikel!

close