access_time Publié 29.04.2021

Les traitements et examens auxquels les médecins de famille feraient bien de renoncer

Online first

Les traitements et examens auxquels les médecins de famille feraient bien de renoncer

29.04.2021

Communiqué de presse du 28.04.2021

Certains tests et traitements n’apportent aucune valeur ajoutée aux patients. L’association de soutien «smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland» entend combattre cette pratique de soins médicaux inappropriés et de surmédicalisation. C’est pourquoi elle dresse dans chaque discipline une liste de cinq mesures médicales généralement inappropriés – ce que nous appelons les listes Top 5. Dosages de la vitamine D, substitution de fer ou check-ups approfondis: la Société Suisse de Médecine Interne Générale (SSMIG), la plus grande société de discipline médicale de Suisse, vient de publier une seconde liste de recommandations, contenant celles-ci et d’autres, à l’usage des internistes généraux en pratique ambulatoire.

Des études indiquent qu’en Suisse aussi, des traitements et examens sont effectués qui n’apportent aucune valeur ajoutée aux patients. L’association «smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland» lutte contre ces excès en nommant les traitements inappropriés dans les différentes disciplines médicales et en encourageant les patients au dialogue avec les professionnels de santé. Le principe essentiel pour smarter medicine est qu’un traitement ne doit être appliqué, que s’il contribue effectivement à la santé et au bien-être des patients.

La surmédicalisation et les soins inappropriés sont un problème international

«smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland» fait écho à l’initiative américaine «Choosing Wisely», forte d’un succès devenu international, qui a pour but de promouvoir la discussion entre les médecins, les patients et le public. Or, le problème de la surmédicalisation et des soins inappropriés n’est pas un phénomène unique au système de santé des USA. Des études montrent qu’en Suisse aussi, avant la pandémie de Covid, 20-30% des interventions étaient inappropriées. C’est pourquoi l’association «smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland» s’implique depuis 2017 pour une prise en charge optimale des patients selon la devise «moins est parfois plus». L’association est soutenue par la Société Suisse de Médecine Interne Générale (SSMIG), l’Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM), physioswiss, la Fédération Suisse des Associations professionnelles du domaine de la Santé (fsas) et les organisations de consommateurs et de patients.

Preuves insuffisantes et/ou effets secondaires

On voit se multiplier les dosages de la vitamine D depuis quelques années. Ce manque ne nécessite toutefois une prise en charge que dans peu de cas, car les avantages d’un apport supplémentaire en vitamine D sont flous. De même, une substitution de fer quand le taux d’hémoglobine est normal est en principe inutile, tout comme le fait de se soumettre régulièrement à des examens approfondis. La Société Suisse de Médecine Interne Générale (SSMIG) recommande en outre de s’abstenir d’examens d’imagerie par résonance magnétique (IRM) chez les patients souffrant de douleurs à l'avant du genou sans limitation du mouvement ni épanchement articulaire, vu que l’IRM n’apporte en général pas d’informations supplémentaires. Elle peut conduire par contre à surévaluer des signes d’usure bénins liés à l’âge.

Enfin, en raison de leur bénéfice probablement faible et des effets secondaires possibles, la SSMIG recommande de renoncer à commencer un traitement avec des statines, et donc à mesurer les lipides dans le sang, chez les seniors de plus de 75 ans sans maladie cardio-vasculaire. Il n’est pas non plus nécessaire de mesurer le taux de lipides dans le sang de patients qui de toute façon ne sont pas traités avec des statines en raison de leur âge. Chez les patients avec des maladies cardio-vasculaires et ayant notamment subi un infarctus du myocarde, la décision de savoir si le recours aux statines est justifié devrait être prise d’entente avec le patient sur la base d’une information préalable détaillée de ce dernier.

Décider ensemble

Les recommandations ci-dessus doivent être comprises comme des lignes directrices destinées à amener les médecins de famille et leurs patients à décider ensemble de la marche à suivre. Pour cela, les listes Top 5 sont traduites et publiées dans un langage compréhensible par les patients. Les patients doivent en outre se préparer à chaque entretien médical et poser par exemple des questions sur les différentes options de traitement, les avantages et inconvénients du traitement recommandé et la probabilité d’en bénéficier, respectivement de les subir.


À propos de la liste Top 5 : Aperçu des cinq recommandations

  1. Pas de dépistage ni de nouvelle prise en charge des dysli-pidémies pour les personnes de plus de 75 ans en préventi-on primaire.
  2. Pas d’IRM de l’articulation du genou en cas de douleurs dans la partie avant de genou en l’absence de limitation de mouvement ou d’épanchement articulaire sans traitement conservateur préalable adéquat.
  3. Pas de substitution de fer chez les patients asymptoma-tiques non anémiques et pas de perfusion de fer sans essai thérapeutique préalable par voie orale (sauf en cas mauvaise absorption).
  4. Ne pas mesurer la vitamine D 25(OH) par habitude chez les personnes ne présentant pas de facteurs de risque de carence en vitamine D.
  5. Pas de check-up de santé approfondi régulier chez les personnes asymptomatiques.

Vous trouverez les recommandations détaillées et les réfé-rences de la littérature sur www.smartermedicine.ch


À propos de «smarter medicine»

L’association smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland a été créée en juin 2017. Outre la SSMIG et l’ASSM, elle compte également parmi ses membres la Fédération Suisse des Associations professionnelles du domaine de la Santé (fsas), physioswiss, l’Organisation Suisse des Patients (SPO), ainsi que trois organisations de consommateurs, la Stiftung für Konsumentenschutz (SKS), la Fédération Romande des Consommateurs (FRC) et l’Associazione consumatrici e consumatori della Svizzera italiana (acsi). Outre les membres fondateurs, smarter medicine compte entretemps 23 organisations de patients.

L’association faîtière poursuit les objectifs suivants :

  • Encourager la rédaction et la publication de listes Top 5 supplémentaires par les sociétés de discipline médicale et autres organisations
  • Renforcer le caractère contraignant des recommandations • Impliquer activement les autres professions de santé et porter la discussion sur les approches interprofessionnelles du Choosing Wisely
  • Sensibiliser les patients et les assurés à la cause et leur donner la faculté de dialoguer avec les soignants • Promouvoir une discussion publique sur la qualité des traitements (soins inappropriés et surmédicalisation)
  • Instaurer et ancrer la qualité des traitements comme composante de la formation postgraduée et continue
  • Obtenir le soutien du monde politique et des autorités à notre campagne Il est très important pour les membres fondateurs de l’association faîtière que l’association smarter medicine ne soit pas accaparée par l’économie de la santé. Il s’agit d’améliorer la qualité des soins conformément à la devise qu’«en médecine, moins peut aussi être plus». La réduction des coûts qui s’ensuivra est certes souhaitable, mais ce n’est pas l’objectif principal.

Pour de plus amples informations sur «smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland», consultez le site www.smartermedicine.ch

Pour tout renseignement complémentaire

Dr méd. Lars Clarfeld, secrétariat général de «smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland»,

tél. 031 370 40 06, lars.clarfeldsgaim.ch

Articles apparentés

Publié 29.04.2021

Les traitements et examens auxquels les médecins de famille feraient bien de renoncer

Publié 06.01.2021

Les traitements et examens auxquels les médecins de famille feraient bien de renoncer

Bloggen Sie mit!

Wollen Sie auch einen Blogbeitrag publizieren? Dann schreiben Sie uns!

Mail an Redaktion

Verpassen Sie keinen Artikel!

close