access_time Publié 09.04.2020

Malgré le SARS-CoV-2, les soins de premier recours sont garantis

Claudia Schade, Leiterin Kommunikation/Marketing und Stv. Generalsekretärin SGAIM

COVID-19 Online only

Malgré le SARS-CoV-2, les soins de premier recours sont garantis

09.04.2020

En cas de symptômes sévères, les patient-e-s doivent impérativement consulter un médecin.

Par crainte d’une contamination par le SARS-CoV-2, de nombreux patients renoncent à leur consultation médicale en cabinet ou dans un hôpital. Mais les conséquences de ce comportement peuvent être lourdes, avertit la Société Suisse de Médecine Interne Générale (SSMIG). En cas de symptômes sévères, les patient-e-s doivent impérativement consulter un médecin.
La Société Suisse de Médecine Interne Générale (SSMIG) observe de près l’évolution rapide concernant le SARS-CoV-2 et prend la situation très au sérieux. Elle constate actuellement l’annulation d’examens ciblés et de contrôle, tant dans les cabinets de médecine de famille que dans les hôpitaux. Bien que l’ordonnance du Conseil fédéral prévoit la poursuite des traitements nécessaires, les patients évitent de plus en plus les hôpitaux et cabinets médicaux même dans des situations pressantes et pour des urgences, par crainte d’une contamination. Cela peut avoir des conséquences négatives sur la santé des patient-e-s à court comme à long terme.

Des capacités suffisantes
Que ce soit chez le médecin de famille ou à l’hôpital, les soins médicaux de base sont garantis en Suisse malgré le SARS-CoV-2. Les patient-e-s sont donc prié-e-s de se rendre impérativement chez leur médecin de famille ou dans un hôpital en cas de symptômes aigus. Le risque de contamination par le virus du SARS-CoV-2 est en réalité très faible, car les flux de patients potentiellement infectés par le coronavirus sont isolés des autres patients. En outre, le personnel est tenu de porter des masques dans bon nombre d’établissements.

Un traitement rapide peut sauver des vies
La pandémie de coronavirus crée un tel bouleversement et une telle anxiété qu’on en vient souvent à oublier que bien d’autres maladies aiguës peuvent être dangereuses. L’inaction entraîne un risque d’aggravation pouvant aller jusqu’à un état menaçant inutilement le pronostic vital. Lorsque les patient-e-s tardent à se faire traiter, ils s’exposent inutilement à des complications. Il est également important de maintenir la continuité du traitement des maladies chroniques. Ne sous-estimons pas les conséquences des reports de traitement pendant la pandémie de SARS-CoV-2.

Votre interlocuteur de confiance pour vos questions médicales
Les médecins de premier recours exerçant en cabinet ou à l’hôpital sont souvent les premiers interlocuteurs des patient-e-s. En cette crise du coronavirus, ils jouent d’autant plus un rôle de conseiller de confiance à disposition pour tous les pro-blèmes de santé.

Contact:
Dr méd. Lars Clarfeld
Secrétaire général de la SSMIG
lars.clarfeldsgaim.ch
Tél. +41 31 370 40 06
www.sgaim.ch

Claudia Schade

Leiterin Kommunikation/Marketing und Stv. Generalsekretärin SGAIM

Articles apparentés

Publié 09.04.2020

Malgré le SARS-CoV-2, les soins de premier recours sont garantis

Bloggen Sie mit!

Wollen Sie auch einen Blogbeitrag publizieren? Dann schreiben Sie uns!

Mail an Redaktion

Verpassen Sie keinen Artikel!

close