Thématique

Une nécessité pour la prise en charge globale des patients

Relève en médecine interne

DOI: https://doi.org/10.4414/phc-f.2020.10314
Date de publication: 04.11.2020
Prim Hosp Care Med Int Gen. 2020;20(11):342

Tobias Tritschlera,b, Caroline Rimensbergera,b, Tobias Anlikera,b

a Inselspital Berne, cheffe de clinique et chefs de clinique, médecine interne générale; b Présidence et Comité Swiss Young Internists

Proposer une médecine de grande qualité et présentant un bon rapport coût-efficacité pour tout le monde représente un défi – la médecine interne générale est idéalement placée pour le relever. C’est le lot quotidien de l’interniste hospitalier de trouver des solutions individuelles optimales en conciliant maladies complexes, fascinantes et rares, multimorbidité et pression économique. Ces défis sont captivants et impliquent une grande responsabilité.

Le renforcement de la prise en charge globale dans les structures hospitalières spécialisées par le biais des internistes hospitaliers n’est pas uniquement soutenu par les représentants de la médecine interne générale [1], mais également par l’Office fédéral de la santé publique, l’Association nationale des hôpitaux H+ et les représentants des sous-disciplines de la médecine interne dans le cadre de la plate-forme «Avenir de la formation médicale» [2]. Une enquête menée auprès de la direction de divers hôpitaux (hôpitaux universitaires, centres hospitaliers et hôpitaux régionaux, psychiatrie et réhabilitation) et de membres de la Conférence suisse des directeurs de la santé ainsi que de diverses sociétés de discipline médicale a montré que la spécialisation croissante de la médecine humaine est perçue comme problématique [2]. Les personnes interrogées sont favorables à un renforcement de la relève en médecine interne hospitalière et à la création de perspectives de carrière attractives sur le long terme pour les généralistes, et elles considèrent que la gestion des cas par ces derniers est efficace et appropriée. A cet égard, il convient de noter que ce n’est pas la spécialisation de la médecine mais en particulier la fragmentation de la prise en charge des patients qui est problématique [3]. Néanmoins, la solution reste la même d’après nous: le renforcement de la relève en médecine interne.

Outre sa pertinence clinique et socio-économique, le métier d’interniste hospitalier est attractif en particulier en raison de la complexité médicale. L’environnement de travail à l’hôpital permet un travail d’équipe, des échanges multiples et quotidiens avec les collègues, ainsi qu’une formation continue constante et de qualité au quotidien. En particulier la prise en charge de patientes et patients atteints de diverses maladies rend le travail varié et requiert une formation continue permanente pour acquérir un vaste savoir médical. Une transmission enthousiaste de la médecine basée sur l’évidence ainsi qu’une gestion de cas structurée dans l’environnement hospitalier complexe sont essentielles pour la promotion de la relève en médecine interne et doivent être exemplifiées par des généralistes convaincus exerçant des fonctions de cadre. En tant qu’interniste hospitalier, il n’est pas possible de se concentrer sur quelques diagnostics différentiels, mais il faut au contraire évaluer et mettre en œuvre de manière judicieuse l’ensemble des mesures diagnostiques et thérapeutiques potentielles dans le contexte global. De vastes connaissances sont également requises lors de l’échange avec les collègues des sous-disciplines, en particulier dans le cadre d’une mise en œuvre centrée sur le patient de recommandations dans le contexte de patientes et patients multimorbides complexes. Cet échange est très stimulant et en même temps, il reste attrayant de conserver la compétence décisionnelle en tant qu’interniste assumant la gestion de cas. Relever ce grand défi n’est pas un fardeau, mais c’est au contraire un privilège, qui garantit un quotidien professionnel attractif sur le long terme.

Une médecine interne générale forte est indispensable à l’hôpital et la promotion de la relève en médecine ­interne est essentielle pour assurer une médecine de grande qualité et présentant un bon rapport coût-efficacité à l’avenir [1]. Les Swiss Young Internists soutiennent les étudiants et les jeunes médecins dans leur parcours pour devenir internistes hospitaliers, ils encouragent le renforcement de la prise en charge globale des patients hospitalisés par l’interniste hospitalier et ils se mobilisent pour que la relève bénéficie de perspectives de carrière cliniques et académiques attractives.

Responsabilité ­rédactionnelle:
Lasse Marck, SYI

Crédits

Image d'en-tête: © Shannon Fagan | Dreamstime.com

Adresse de correspondance

Dr. med. Tobias Tritschler, MSc
Inselspital Bern
Universitätsklinik für ­Allgemeine Innere Medizin
Freiburgstrasse
CH-3010 Bern
tobias.tritschler[at]insel.ch

Références

1 Aujesky D, Bassetti S, Battegay E, Cornuz J, Hesse C, Leuppi JD, Müller B, Reny JL, Rodondi N, Vollenweider P, Waeber G, Gaspoz JM. Aktionsplan für die Universitäre Allgemeine Innere Medizin. Schweizerische Ärztezeitung. 2018;99(38):1262–5.

2 van der Heiden N und Winkler J. Realitätscheck «Zunehmende Spezialisierung in der Humanmedizin aus Sicht der Spitalorganisation». Bundesamt für Gesundheit 2017. https://www.bag.admin.ch/bag/de/home/berufe-im-gesundheitswesen/medizinalberufe/plattform-zukunft-aerztliche-bildung/zunehmende-spez-humanmed-spitalorganisation.html.

3 Bauer W. Spezialisierung und Fragmentierung sind zweierlei. Schweizerische Ärztezeitung. 2015;96(50–51):1833.

Verpassen Sie keinen Artikel!

close