Actualités

Rencontres régionales mfe 2020

COVID-19 – rôle actuel et futur de la médecine de famille et de l’enfance lors de pandémies

DOI: https://doi.org/10.4414/phc-f.2020.10326
Date de publication: 02.12.2020
Prim Hosp Care Med Int Gen. 2020;20(12):366-367

Katrina Rivaa, Sandra Hügli-Jostb

a Responsable politique de santé, interprofessionnalité mfe Médecins de famille et de l’enfance Suisse b Responsable communication mfe, Médecins de famille et de l’enfance Suisse

Les rencontres régionales mfe «Est», «Orientale» et «Romande» de cette année étaient consacrées au même thème: le rôle de la médecine de famille et de l’enfance lors de pandémies. Au vu de l’intensité avec laquelle le coronavirus a imprégné le quotidien du cabinet, il était très important pour mfe de recueillir le ressenti des membres sur la manière dont ils ont vécu la 1ère vague, d’échanger les exemples de bonnes pratiques pour profiter des expériences des autres et de rassembler les ­diverses contributions, afin d’en tirer des leçons: comment gérer avec succès des ­situations similaires à l’avenir?

Intenses discussions pour une thématique d’actualité

La crise sanitaire liée au COVID-19 était donc au cœur des trois rencontres régionales. Cette thématique d’actualité, surtout avec l’arrivée de la 2e vague, a attiré de nombreux membres. Tous les participant-e-s ont eu la possibilité de répondre à un sondage sur la manière dont ils ont vécu cette pandémie. A travers d’intenses discussions dans le cadre d’ateliers, ils ont fait le débriefing de cette 1ère vague et ensemble en ont tiré les leçons pour l’avenir. Trois invités d’honneur sont venus enrichir la discussion en apportant un point de vue cantonal sur la politique de santé liée au coronavirus et partager leur vision du rôle du médecin de famille et de l’enfance lors de pandémies. Il s’agit de Hans-Peter Kohler, membre du Grand Conseil bernois et du Conseil municipal de Köniz, président de la Commission santé et des affaires sociales (GSoK), Bruno Damann, ancien médecin de famille et chef du département de la santé du canton de Saint-Gall et de Mauro Poggia, Conseiller d’Etat genevois chargé du Département de la sécurité, de l’emploi et de la santé à Genève.

Débriefing de la 1ère vague

Du sondage il ressort que beaucoup on craint pour la santé de leurs patient-e-s, des personnes fragiles, mais aussi pour celle du personnel et la leur: qui prendrait en charge leurs patient-e-s si le personnel du cabinet venait à tomber malade? Les conséquences des pertes financières sur leur cabinet ont également fait partie des préoccupations. Beaucoup ont indiqué avoir été submergés d’informations, parfois contradictoires. La communication de crise mérite donc d’être repensée. La 1ère vague ayant tout particulièrement été éprouvante au Tessin, il est important pour mfe d’entendre la voix des tessinois. C’est pourquoi le sondage a aussi été envoyé à tous les membres tessinois et une rencontre sera organisée pour faire le point. Les exemples de bonnes pratiques partagés par les particiant-e-s ­seront mis à disposition des membres sous une forme qui reste à définir.

Messages clés à l’issue des trois ­rencontres régionales

• Les médecins de famille et de l’enfance doivent être représentés dans la Task Force COVID-19 de la Confédération et des cantons. Jouant un rôle essentiel, notamment dans le diagnostic et le tri des patient-e-s, la médecine de famille doit à tout prix être impliquée dans la définition, la gestion et la mise en œuvre de ­politiques de santé. Le-a représentant-e doit par ailleurs garantir le lien avec sa base pour que les recommandations soient adaptées aux réalités du cabinet. Outre ce rôle clé dans la pandémie, les médecins de ­famille doivent également veiller à la poursuite du traitement de tous les autres ­patients. Doublement ­sollicités, ils doivent être d’autant plus impliqués au ­niveau stratégique.

• L’obtention de matériel de protection doit être facilitée et garantie pour les médecins de premières lignes que sont les médecins de famille et les pédiatres. En effet, le manque de matériel de protection a rendu les conditions de travail difficiles.

• Dans la gestion de crise, le flux d’informations provenant des associations et des autorités doit être ­mieux géré et coordonné – les interfaces doivent être reconsidérées. Il faut éviter que des informations issues des différents acteurs compliquent le travail des médecins sur le terrain.

• En ce qui concerne la communication externe, en fonction des différents groupes cibles (population, médias, politiques), il faut marteler que les médecins de famille et pédiatres sont là en tout temps pour leurs patient-e-s. Il ne faut pas hésiter à contacter son médecin pour être pris en charge. En effet, les directives du début de la crise n’étaient pas claires et des patient-e-s ont renoncé à consulter.

• Les conséquences socio-économiques de la crise sanitaire liée au COVID-19 fragilisent la société dans son ensemble. Les médecins de famille et les pédiatres sont le premier point de contact pour les patient-e-s qui arrivent avec des problèmes de santé d’ordre biologiques, psychologiques et sociaux.

• Il est nécessaire de mieux anticiper l’évolution de la pandémie et organiser en amont les processus de prise en charge et les instances en charge de la communication. Une meilleure collaboration entre les ­hôpitaux et les partenaires interprofessionnelles est nécessaire.

Quels enseignements pour le futur?

A partir des expériences et des retours sur la manière dont la pandémie a été vécue et gérée, il s’agit pour mfe de formuler des demandes politiques concrètes au sujet du rôle futur des médecins de famille et pédiatres lors de pandémies. Les délégué-e-s s’empareront de ce sujet lors de la prochaine assemblée des délégué-e-s mfe le 26 novembre prochain.

Les trois rencontres régionales ont montré l’importance du rôle des médecins de famille et de l’enfance durant la crise. En première ligne, ils ont su mettre en œuvre les recommandations, adapter leur cabinet à la nouvelle situation, faire preuve de flexibilité, mais surtout continuer à prendre en charge leurs patient-e-s en toute sécurité dans ce contexte parti­culier.

Les trois rencontres régionales seront à nouveau organisées en 2021, nous nous réjouissions d’ores et déjà de vous y retrouver nombreuses et nombreux. Les dates seront communiquées prochainement.

Responsabilité ­rédactionnelle:
Sandra Hügli-Jost, mfe

Crédits

Image d'en-tête: BSIP SA / Alamy Stock Photo

Adresse de correspondance

Sandra Hügli-Jost
Responsable communication, mfe – Médecins de famille et de l’enfance Suisse
Secrétariat général
Effingerstrasse 2
CH-3011 Berne
sandra.huegli[at]medecinsdefamille.ch

Verpassen Sie keinen Artikel!

close