Communications officielles

SwissFamilyDocs Conference 2016, Congrès du CMPR 2016, Congrès annuel de l’ASMPP, les 8 et 9 septembre à Montreux

Pour qu’«ensemble» ne soit pas un vain mot

DOI: https://doi.org/10.4414/phc-f.2016.01357
Date de publication: 31.08.2016
Prim Hosp Care (fr). 2016;16(16):292-293

François-Gérard Héritier, Johanna Maria Sommer, Pierre Klauser, Alexander Minzer

Au nom du comité du congrès

Dans environ 1 semaine, le Montreux Music & Convention Centre (2m2c) situé au bord du lac Léman ouvrira ses portes à un triple congrès inédit: la SwissFamilyDocs Conference aura lieu cette année conjointement au séminaire de formation continue du Collège de médecine de premier recours (CMPR) et au congrès annuel de l’Académie suisse pour la médecine psychosomatique et psychosociale (ASMPP). Le mot «ensemble» sera à l’honneur puisqu’il constituera le slogan du séminaire de formation continue 2016 pour tous les médecins pratiquant en Suisse la médecine interne ­générale, pédiatrique et psychosomatique.

Cette année, c’est à l’Unité des internistes généralistes et pédiatres (UIGP) de l’université de Genève que revient selon un principe de roulement d’accueillir la «SwissFamilyDocs Conference plus», co-organisée par la SSMIG, le CMPR, l’ASMPP et les cinq centres universitaires pour la médecine de premier recours. Les sociétés invitées sont l’Association Romande des Assistantes Médicales (ARAM), les Jeunes médecins de premier recours suisses (JHaS), la Société suisse de ­pédiatrie (SSP), l’Association suisse des assistantes ­médicales (SVA) ainsi que l’Association professionnelle de la pédiatrie ambulatoire et l’Association des Médecins de famille et de l’enfance Suisse (mfe).

Le programme de ce congrès de formation continue bilingue sera par conséquent très varié. Axé sur la prise en charge par les médecins de famille et les pédiatres ainsi que sur la médecine psychosomatique, il sera comme toujours interactif et très orienté vers la pratique. Il comprendra notamment cinq Keynote Lectures traduites en simultané, 46 séminaires (30 SSMIG/CMPR/SSP, 9 ASMPP, 3 ARAM, 3 JHaS, 1 SVA), neuf Skill-Lab-Sessions sur trois thèmes différents, un atelier ­«Supervision et feedback, Mini-CEX et DOPS pendant l’assistanat au cabinet médical» et une session «animateurs» d’une demi-journée pour les (futurs) directeurs de cercles de qualité. Les sessions de formation continue, presque exclusivement dirigées par des binômes (un spécialiste et un médecin de premier recours), ­seront assumées par une «faculté» de 109 intervenants renommés venus de Suisse ou de l’étranger.

Outre un large choix de thèmes liés au diagnostic et au traitement tirés de pratiquement tous les grands domaines pathologiques, y compris la psychosomatique, le mot d’ordre «ensemble» (ou «zusammen») permettra de soulever de très nombreuses questions pertinentes concernant les soins médicaux de premier recours dans un système de santé en constante évolution. Ces problématiques vont de la collaboration interprofessionnelle au travail d’équipe dans la prise en charge du patient, en passant par les concepts thérapeutiques interdisciplinaires. Partout, l’efficacité de la coopération entre tous les «Healthcare Professionals» intervenant dans la prise en charge de premier recours gagne en importance en raison de la multiplication des polymorbidités et du manque de personnel (surtout de médecins de famille). En effet, les professionnels de santé font face à une multitude de tâches qu’ils ne peuvent bien souvent pas ou plus assumer seuls, ou bien qu’ils ne devraient plus avoir à assumer seuls compte tenu des mutations de notre système en cours actuellement. L’influence toujours plus forte des considérations économiques sur la médecine représente également un immense défi pour tous ses acteurs.

Quatre des cinq Keynote Lectures seront consacrées ­respectivement à une nouvelle approche basée sur les preuves de l’interprofessionnalité au cabinet du médecin de famille, aux aspects transculturels, à l’interprofessionnalité dans le traitement des affections chroniques ou encore à la connaissance des biobanques et du Big Data pour les généralistes. La cinquième conférence principale aura pour objet les «perles tirées des travaux de recherche en médecine de famille». Klaus Bally et Stéphanie Giezendanner, lauréats cette année du Prix CMPR de recherche en médecine de premier ­recours, présenteront en détail leurs recherches sur la compétence en matière de prise en charge palliative dans la première moitié de cette conférence. Lilli Herzig, de l’Institut universitaire de médecine de famille de Lausanne, présentera ensuite les premiers résultats de ses recherches relatives à l’importance de la collaboration interprofessionnelle quotidienne en médecine de premier recours face au vieillissement de la population et aux polymorbidités qui en résultent.

Collaboration interdisciplinaire 
en psychothérapie

Les séminaires organisés par l’ASMPP porteront entre autres sur la nécessité de la coopération dans le choix d’une forme de psychothérapie adaptée dans le cadre du diagnostic et du traitement des troubles post-traumatiques ainsi que sur les «do’s and don’ts» en ­présence de douleurs chroniques sous l’angle de la médecine psychosomatique. Pour ce cas de figure, la prescription d’opiacés, qui a massivement augmenté ces derniers temps, sera remise en question et de nouvelles solutions seront présentées.

Collaboration à la jonction 
«hôpital–cabinet médical»

Le diagnostic et le traitement dans le domaine des soins de premier recours nécessitent de plus en 
plus l’implication de plusieurs spécialistes issus des ­domaines ambulatoire et stationnaire. A l’aide d’exemples, Christian Häuptle et Adrian Göldlin expliqueront les arcanes du travail interdisciplinaire à la jonction entre l’hôpital et le cabinet médical; ils discuteront des différentes façons d’agir de manière concertée en plaçant le patient au centre de la coopération. C’est précisément en matière de médication que l’échange d’informations entre les deux partis revêt une importance capitale. Ceux-ci ayant des contraintes économiques différentes, une compréhension mutuelle et un certain tact sont nécessaires lors du choix du traitement. Cela est sans doute plus facile à dire qu’à faire – nous sommes donc impatients d’assister aux discussions.

La mise en place d’une médication sûre à la jonction entre l’hôpital et le cabinet médical constitue l’objectif du programme pilote «Progress! La sécurité de la médication aux interfaces». Au cours de leur séminaire, Liat Fishmann et Marianne Jossen discuteront à ce sujet avec le public des expériences et des cas tirés de la pratique.

Collaboration interprofessionnelle 
et formation

Le débat politique ne doit pas manquer lors d’un congrès sur les soins de premier recours organisé par les médecins de famille suisses. La traditionnelle «Political Arena» est placée cette année sous le signe des «possibilités pour la collaboration et la formation interprofessionnelles en Suisse». Des questions telles que celle de savoir si la pression croissante exercée en faveur de la collaboration interprofessionnelle a des répercussions négatives sur les médecins de premier recours,ou de savoir quel rôle la médecine de famille doit assumer dans ce contexte ou bien encore comment notre discipline médicale peut encourager de nouvelles coopérations seront débattues sous la direction du président 
de mfe, Marc Müller, en présence de la directrice de 
l’éducation au College of Family Physicians of Canada, Ivy Oandasan, de Nathalie Scherz, membre du comité de direction des JHaS, d’Andrea Petrig, présidente la commission d’éthique et de recours de l’Association suisse des ergothérapeutes, d’Elisabeth Van Gessel, ­directrice du Centre interprofessionnel de simulation et de Fabian Vaucher, président de pharmaSuisse.

La conférence inaugurale du biologiste de l’évolution et spécialiste des insectes sociaux Laurent Keller ainsi que la conférence de clôture de Bertrand Kiefer sur le thème de l’humanité en médecine viendront parfaire le programme. Médecin, déontologue et rédacteur en chef de la Revue médicale suisse, Bertrand Kiefer ne ­remet pas seulement en question le souci de rentabilité économique en médecine mais jette également un regard critique sur une coopération interprofessionnelle qui n’aurait pas l’intérêt du patient comme objectif premier.

Nous vous attendons nombreux à Montreux et sommes impatients de pouvoir assister à des discussions passionnées et de découvrir de nouvelles idées. Cette manifestation commune de la SFD, du CMPR et de l’ASMPP et de leurs nombreuses sociétés invitées fournira de nouvelles pistes de réflexion à profusion. La communication (qui est dans nos gènes de médecins de premier recours) est à la base d’une collaboration réussie. Nul doute que celle-ci sera favorisée par l’ambiance du légendaire 2m2c ainsi que par un ou deux verres de vin rouge. Nous sommes donc extrêmement optimistes quant à notre succès face aux défis ­futurs, dans la mesure où nous saurons agir ensemble avec beaucoup de (inter)professionnalisme!

Responsabilité
rédactionnelle:
SSMIG, CMPR et ASMPP

Adresse de correspondance

Dr François-Gérard Héritier
Co-président SSMIG
Président du ­comité du congrès SFD Conference 2016
heritier.vf[at]vtxnet.ch

Prof. Dr Johanna Sommer
Responsable UIGP
(Unité des internistes
généralistes et pédiatres),
Présidente du ­comité du congrès SFD Conference 2016
johanna.sommer[at]
unige.ch

Dr Pierre Klauser
Président CMPR
Président du ­comité du congrès CMPR
pierre.f.klauser[at]
bluewin.ch

Dr Alexander Minzer
Président ASMPP
­Président du comité du congrès ASMPP
alexander.minzer[at]hin.ch

Verpassen Sie keinen Artikel!

close